esenfrpt

Inspiration:
Le film était basé sur une pièce que Vinterberg avait écrite alors qu'il travaillait à Vienne. L'inspiration supplémentaire est venue de la propre fille de Vinterberg, Ida, qui avait raconté des histoires sur la culture de la consommation d'alcool de la jeunesse danoise. Ida avait à l'origine fait pression sur Vinterberg pour qu'il adapte la pièce au cinéma, elle serait aussi celle qui incarnerait la fille de Martin (Mads Mikkelsen). L'histoire était à l'origine "Une célébration de l'alcool basée sur la thèse que l'histoire du monde aurait été différente avec l'alcool". Cependant, quatre jours après le tournage, Ida est décédée dans un accident de voiture. Après la tragédie, le script a été retravaillé pour devenir plus vivant, déclarant que « Il ne devrait pas s'agir uniquement de boire. Il s'agit de s'éveiller à la vie », a déclaré Vinterberg.  

Analyse
Tout le film repose sur une fausse prémisse pour parvenir à une certaine conclusion. Le résultat de l'expérience s'est avéré que la consommation d'une certaine quantité d'alcool peut améliorer les performances et libérer la personne de ses inhibitions. Mais cela peut aussi devenir incontrôlable. Comme c'est arrivé avec Tommy. Dans tous les cas, il est important de préciser que de nombreux téléspectateurs ont peut-être considéré le film comme une excuse pour l'alcoolisme.
La première séquence ressemble à un documentaire, selon les principes de Dogma 95, un groupe dont faisait partie Vinterberg avec Lars von Trier et Søren Kragh-Jacobsen, entre autres. Une course en plein air pour les jeunes qui concourent dans le but d'atteindre l'objectif avec le plus de bière possible dans leur corps, sans uriner ni vomir en chemin. Cela ressemble à une activité joyeuse, entourée de verdure et de plein soleil.
Cette première séquence, caméra au poing, contraste avec la scène suivante, sobre, avec beaucoup de clair-obscur, du dîner d'anniversaire du professeur de musique. 40 ans, c'est l'âge auquel un homme regarde en arrière comme si sa jeunesse n'avait été qu'un rêve et s'interroge sur le sens de sa vie. Un rêve de jeunesse qui se termine. Le centre de la table est brillamment éclairé, là où se trouvent le vin et les verres, c'est là que l'accent a été mis le plus, l'arrière du restaurant étant la zone la plus sombre. Dans ce fond apparaît une immense peinture de chasse, qui nous renvoie au film de Vinterberg, « The Hunt » (2012).
Les visages des quatre professeurs s'illuminent. Ces quatre étapes sont dans la vie d'un homme adulte. Les célibataires, les mariés avec de jeunes enfants, les mariés sur le point de divorcer et les divorcés qui s'étaient éloignés de sa femme et de ses enfants. De la même manière que l'étudiant Todd Anderson, joué par Ethan Hawke, dans « The Society of Dead Poets » (Peter Weir, 1989) (1) dont le suicide a pour origine directe l'impossibilité d'accomplir sa vocation d'acteur, le professeur Druk carrière de gymnaste a glissé dans l'alcoolisme et la dépression parce qu'il n'a pas enduré d'être coupé de sa famille et de son travail.
Ils se demandent quel est l'héritage que nous laisserons si à la fin leurs élèves ne se souviennent pas d'eux. L'oubli est une forme de mort. Le temps passe et la jeunesse devient dégradation et mort. A quoi bon, alors, nos efforts ?
Le professeur d'histoire, Martin, toujours vêtu de la combinaison funéraire de son collègue, danse le jazz totalement décomplexé et heureux de la nouvelle du retour de son amour à la maison, dont il se séparait irrémédiablement. Son bonheur semble complet, ainsi que la désinhibition de lui-même, puisque le professeur d'histoire avait voulu être danseur bien avant de devenir enseignant.
Le fait que le réalisateur fige l'image de Martin au moment où il se jette à l'eau, et son costume de deuil, commodément coupé dans le dos pour faire référence à une paire d'ailes battant au vent, en totale liberté est un message sur la brièveté de la vie et la nécessité de la vivre pleinement, car nous allons tous mourir. C'est un « Carpe Diem » qui apparaît également dans « La Société des poètes morts », ainsi que les techniques peu orthodoxes du professeur d'histoire qui rappellent celles du professeur John Keating (Robin Williams) dans ce film de Peter Weir de 1989.
Pour clarifier davantage l'introduction et l'épilogue d'« Une autre ronde », il est important de parler de ce que Nietzsche appelait l'apollinien et le dionysiaque. José Rafael Hernández Arias commente, dans l'Introduction au livre « La Naissance de la tragédie » de Friedrich Nietzsche, ce qui suit : « Ainsi, le monde apollinien-dionysien est décrit comme le monde artistique par excellence, né du« rêve »(monde apollinien) et l'ivresse (monde dionysiaque), fusionnant l'aspect poétique de la vision, de l'art plastique et poétique avec l'aspect orgiaque qui s'incarne dans la musique. »(2)
L'apollinien et le dionysiaque ne sont pas opposés, et s'ils l'étaient, ils fonctionneraient comme des opposés complémentaires. Ici, le thème du sommeil et de l'ivresse apparaît à nouveau comme des moyens de libérer l'inconscient de manière créative, mettant l'expérience humaine au service des arts, en particulier de la musique et de la danse.
L'orgie et l'ivresse que l'on voit dans le film "Druk" du début à la fin, comme une proposition libératrice. Le rêve apollinien se lit dans le texte de Kierkegaard et aussi dans le film « La Société des poètes morts » dont, je crois, Vinterberg s'est inspiré.
De la même manière, Nietszche s'appuie sur « l'œuvre d'art totale » de Wagner pour présenter l'apothéose de l'art et de la culture : une œuvre qui allie harmonieusement chant, littérature, danse et performance.
« Précisément sa conception de "l'œuvre d'art totale" (il se réfère à la conception de Wagner) s'inspirait de ce que le maître considérait comme la tradition la plus vénérable de l'histoire de la culture occidentale : la tragédie grecque, qui combinait à partir d'un chant, le texte , la danse et le geste, formant un tout harmonieux. »(3)
Cette dernière apothéose se retrouve dans la danse jazz que le professeur Martin déploie devant les élèves qui viennent de sortir de l'école. Ce dernier est clairement un état dionysiaque, d'extase et d'euphorie, tout comme l'ivresse. La présentation en groupe des jeunes vêtus de blanc, coiffés de chapeaux de matelots en guise de guirlandes, exultant à l'entrée de la prochaine étape de l'école, rappelle un chœur de tragédies grecques.
Dans la "Dead Poets Society", Peter Weir extériorise "l'œuvre d'art totale" à travers le théâtre shakespearien qui, non par hasard, porte le mot "rêve" dans son titre. Car « Le Songe d'une nuit d'été » est aussi utile dans le théâtre grec, dans ce couple entre l'apollinien et le dionysiaque.
"Wagner assume cette conclusion et est convaincu que, dans l'art, et surtout dans la musique, l'homme expérimente une transformation radicale de la conscience par laquelle il peut arrêter le déclin de la culture et de l'esprit." (4)
Le réalisateur Vinterberg critique la société danoise, héritière des principes rigides du luthéranisme. Une société hyper ordonnée qui ne donne pas lieu aux expressions de la créativité de l'individu, en dehors des schémas normalisés. Martin parvient à échapper à ces schémas et pas seulement grâce à ses études d'histoire mais surtout à la manifestation de ses passions à travers la danse. Martin vit ainsi « une transformation radicale de la conscience » qui lui évite d'entrer dans un triste déclin, comme cela s'est produit avec feu Tomy, le professeur d'éducation physique. Dans une section du dialogue entre Peter, le professeur de psychologie, et un étudiant qui échoue au dernier examen, ce qui suit est exprimé :  

Sebastian : La conception de l'anxiété était-elle ? Eh bien, le concept d'anxiété de Kierkegaard illustre comment un être humain gère la notion d'échec.
Peter : Et le plus important ?
Sebastian : Après avoir échoué, tu dois t'accepter comme faillible pour aimer les autres et la vie.
Peter : Sebastian, peux-tu nous donner un exemple ? Sebastian : Oui, j'ai moi-même échoué
(Dialogue entre Peter et son élève Sebastian dans "Druk")

 Søren Aabye Kierkegaard est né à Copenhague le 5 mai 1813 et est décédé le 11 novembre 1855. C'était un philosophe et théologien danois, considéré comme le père de l'existentialisme.
Sa philosophie porte sur la condition de l'existence humaine, sur l'individu et la subjectivité, sur la liberté et la responsabilité, sur le désespoir et l'angoisse, thèmes qu'allaient reprendre Martin Heidegger, Jean-Paul Sartre et d'autres philosophes du XXe siècle.
Une grande partie de son travail porte sur des questions religieuses : la nature de la foi chrétienne, l'institution de l'Église, l'éthique chrétienne, les émotions et les sentiments que les individus éprouvent face aux choix que pose la vie.
Kierkegaard a fait plusieurs observations pointues sur la nature de la génération de son époque et leur attitude impartiale envers la vie. Il écrit que « la génération actuelle est essentiellement rationnelle, dépourvue de passions… La tendance aujourd'hui est dans le sens de l'équation mathématique » (5). Kierkegaard attaque le conformisme et l'assimilation culturelle des individus dans un public indifférencié, la masse. Dans le film "Another Round", la critique principale est dirigée contre l'éducation rigide donnée dans les écoles, dans laquelle les élèves ne sont pas encouragés à être créatifs, à penser par eux-mêmes et à s'intéresser de multiples façons aux sujets traités. Ils sont éduqués à être logiques et rationnels et à faire partie de la foule, à ne pas être des individus avec des sentiments, des désirs et des passions. On ne leur apprend pas à douter.
Dans le cadre de son analyse du public, Kierkegaard a souligné le déclin de l'Église chrétienne, en particulier l'Église populaire danoise. Il critiquait les tentatives d'atteindre Dieu par un raisonnement objectif. Au contraire, il croyait que le doute est un élément essentiel de la foi.
Dans "La maladie mortelle" (1849), Kierkegaard propose l'auto-analyse comme moyen de comprendre le problème du "désespoir", qui selon lui ne vient pas de la dépression, mais de l'aliénation de soi.
Le moi qui a échoué dans son but est devenu intolérable ; la personne aurait voulu devenir un soi différent, et à un tel moment est piégée dans un soi raté. Une telle négation de soi est douloureuse, car le désespoir est accablant quand un homme se fuit lui-même : quand il n'est pas lui-même.
Kierkegaard croyait que le désespoir de l'individu disparaît lorsqu'il cesse de nier qui il est vraiment et essaie de découvrir et d'accepter sa vraie nature.
« De plus en plus l'homme est invité à s'évader de lui-même et à s'immerger dans la masse, à vivre selon la généralité, la pensée de Kierkegaard est pour nous une voix criant pour un retour à une existence plus authentique, où l'homme est capable de se confronter dans une manière mature et consciente. »(6)  

notes
-1 Todd Anderson (Ethan Hawke) se suicide pour ne pas pouvoir suivre sa vocation d'acteur. Il a joué Puck à l'école et Puck est un personnage comme Cupidon dans "Le Songe d'une nuit d'été" de Shakespeare. Puck fait rêver tout le monde un rêve d'été, d'amour temporaire et saisonnier. Ce rêve d'été est aussi un rêve de jeunesse, d'amour, de passion. C'est le même rêve auquel Kierkegaard fait référence dans sa citation.
-2 Nietzsche, Friedrich. La naissance de la tragédie. Ed Valdemar. Madrid, février 2012, page 18
-3 Op.Cit. page 26
-4 Nietzsche, Friedrich. La naissance de la tragédie. Ed Valdemar. Madrid, février 2012. Page 26
-5 Kierkegaard, Soren. Une revue littéraire. Penguin Classics, 2001. ISBN 0-14-044801-2
-6 Ferreira Santos, Pedro Carlos. L'actualité du concept d'angoisse de Kierkegaard. Magazine de l'Universidade do Vale do rio Verde. Três corações, vol.9, n2, p202-214. Août / Déc. 2011
 

BIBLIOGRAPHIE :
Nietzsche, Friedrich. La naissance de la tragédie. Ed Valdemar. Madrid, février 2012
Kierkegaard, Søren. Une revue littéraire, Penguin Classics, Londres, 2001, ISBN 9780140448016
Druk - Wikipédia, une encyclopédie livre (wikipedia.org)
Ferreira Santos, Pedro Carlos. L'actualité du concept d'angoisse selon Kierkegaard. Journal de l'Universidade do Vale do rio Verde. Três corações, tome 9, n2, p202-214. Août / Déc 2011
Soren Kierkegaard- Wikipedia, l'encyclopédie libre
Cercle des poètes disparus - Site Wikipédia     
  

Cinécritiques du mois

Une femme fantastique Cette question du cinéaste chilien Sebastián Lelio a une longue ...

Cine Club Aztlan Nous projetons des films de signature, ou des films qui ...

Another Round Another Round (en danois, Druk) est un film dramatique danois de 2020, réalisé par ...

Le Père "Le Père" un film britannique, adaptation de la pièce Le Père, réalisé...

Le terrorisme basque et ses conséquences aujourd'hui La maison de mon père Le soi-disant terrorisme ...

Only the beasts "Only the beasts" est le dernier film du réalisateur français Dominik...

DARK WATERS Robert Bilott est un avocat spécialisé dans la défense des industries ...

La Llorona La Llorona est un film guatémaltèque de 2019 réalisé par Jayro Bustamante. Son...

Big World News The Twilight Western Genre dépeint les anciens États-Unis, c'est ...