esenfrpt

Par Carmen Pineda

Le réalisateur et scénariste français Grégory Magne signe son deuxième film avec « Parfums ». Aguerri en séries télévisées, « Parfums » est son deuxième long métrage, après « L´air de rien » (2012). Magne a, d'innombrables fois, abordé le sujet des rencontres improbables, apparemment atypiques, mais qui fonctionnent finalement à merveille.
"Parfums" est un film sensible et discret qui mélange la partie dramatique avec des touches d'humour. Interprété par Emmanuelle Devos, l'une des meilleures actrices françaises d'aujourd'hui, dans le rôle d'Anne Walberg, une célébrité célèbre dans le monde des parfums, le film narre la relation entre deux personnes qui, a priori, n'ont rien à voir l'une avec l'autre. . . . Walberg est un « nez » très célèbre qui a créé des parfums de haut niveau dans le passé mais, suite à un incident professionnel, elle est obligée de vendre son talent à des entreprises, auxquelles elle ne s'intéresse pas du tout. Capricieuse, égocentrique et quelque peu renfrognée dans les relations humaines, elle est confrontée à partager certains moments avec un nouveau chauffeur, Guillaume (Grégory Montiel), dont les origines sociales et personnelles n'ont rien à voir avec elle. Leur relation est tendue en raison du caractère de diva du créateur de parfum, mais cela changera au fur et à mesure que chacun comprendra les motivations de l'autre.
L'affrontement entre les deux sera inévitable mais la vie les unira jusqu'à ce qu'ils forment un tandem inséparable. Le film est intéressant dans son approche initiale et défend le message que si nous le voulons tous, nous pouvons nous comprendre malgré nos différences. La narration est bien faite même si elle n'est pas parfaite car le processus d'approche n'est pas entièrement compris. Cela aurait nécessité un développement plus important et plus détaillé du scénario. Cela donne l'impression que le réalisateur, également scénariste en l'occurrence, est pressé de rapprocher les deux personnages, mais comment ils en sont arrivés là n'est pas bien compris.
Bien qu'il y ait ce défaut de scénario, le reste du film est bien tourné, bien interprété et possède une certaine douceur qui le rend attractif à la fois du point de vue du métier de "nez", dont on apprend pas mal, et de la vision humaine des personnages, dans laquelle ressortent les peurs ou les angoisses que nous pouvons tous avoir dans nos vies.
"Parfums" a le mérite de raconter une histoire sensible, discrètement et sans grande exagération, avec une photographie aux tons chauds. Un film qui s'inscrit bien dans un certain type de cinéma français où les regards, les sentiments et les sens priment sur les mots.

"Parfums" ouvre en Espagne, le 30 décembre 2020

Cinécritiques du mois

Van Gogh. Au portail de l'éternité « Dieu aurait dit : Arrêtez d'aller dans ces temples ténébreux,...

Roma Roma est un film dramatique mexicain de 2018 réalisé, écrit, co-photographié et...

Undercover dans le Klan Nous sommes dans les années 70 et Ron Stallworth (John David Washington) est le premier...

Brat boy Irrévérencieux, hooligan, drôle, acide... et, surtout, très critique : c'est dans quelques...

Une femme fantastique Cette question du cinéaste chilien Sebastián Lelio a une longue ...

Cine Club Aztlan Nous projetons des films de signature, ou des films qui ...

Another Round Another Round (en danois, Druk) est un film dramatique danois de 2020, réalisé par ...

Le Père "Le Père" un film britannique, adaptation de la pièce Le Père, réalisé...

Le terrorisme basque et ses conséquences aujourd'hui La maison de mon père Le soi-disant terrorisme ...