esenfrpt

André Breton ne pouvait pas imaginer l'importance qu'allait prendre son mouvement dans tous les arts lorsqu'il écrivit son Manifeste du surréalisme en 1924 et appela les artistes à une révolution personnelle et sociale. Il lui serait également difficile d'imaginer les changements politiques qui allaient s'opérer sur le vieux continent au cours des décennies suivantes : Après l'horreur de la Seconde Guerre mondiale, les pays d'Europe de l'Est firent leur révolution et s'alignèrent sur la thèse du communisme. L'Europe centrale est devenue une frontière entre les deux systèmes. Une frontière qui appartenait presque exclusivement au côté communiste, avec des industries nationalisées, des systèmes de censure de fer et des économies contrôlées par des démocraties populaires, mais dans laquelle il y avait eu jusqu'alors des connexions et des échanges culturels avec l'Europe occidentale. Etats dans lesquels le mouvement breton avait pénétré les milieux artistiques de l'entre-deux-guerres et dans lesquels la nouvelle réalité imposerait les thèses du réalisme socialiste comme les seules valables pour la création artistique et notamment au cinéma, que Lénine avait déjà défini comme la plus importante de toutes les arts. Tout cela créerait un terreau unique si bien qu'au cours des 45 années qui se sont écoulées entre le moment où le rideau de fer est tombé sur cette frontière et son retrait, on a pu assister à l'ascension et à la chute de réalisateurs qui ont décidé de s'éloigner des principes qui étaient de la censure et de prendre le surréalisme comme base à partir de laquelle subvertir et créer des films compromis, complexes et remplis de magie. Des films qui, en raison de la censure de leurs pays, en raison de la censure économique et idéologique imposée de l'autre côté du rideau par le capital et en raison des difficultés d'interprétation de leurs propositions, ont souvent été relégués dans les historiographies officielles du septième art . Dans ce volume, nous essayons de remédier à cet oubli et de récupérer un cinéma presque inconnu, plein d'imagination, qui nous raconte une partie fascinante de l'histoire politique de l'Europe. Parce que ce n'est pas seulement un livre de cinéma, comme aucune histoire de cinéma ne l'est. Luis E. Froiz Casal (Saint-Jacques-de-Compostelle, 1985). Diplômé en Communication Audiovisuelle et Docteur en Communication et Information Contemporaines de l'Université de Saint-Jacques-de-Compostelle, son lien avec l'audiovisuel a débuté en 2004. Depuis, il a publié dans des magazines, des sites Internet et des fanzines tels que Photocinéma, ouvert, 2000 Les maniaques, L'oiseau moqueur o Abattage de cannibales, ainsi que dans le livre collectif Space Fiction: Visions of the Cosmicdans la science-fiction (2020). Entre 2017 et 2019, il a dirigé le web culturel Cool Une sous-culture en galicien. Il a également fait partie du jury des festivals FKM (2019) ou GFFF (2020) et a donné des cours de montage vidéo à l'Escola Unitaria. Sur le plan artistique, la réalisation de courts métrages tels que Un homme est allongé sur le sol (2011), Lemniscate (2015) un Golgotha ​​Compostelle (2020), en plus du long métrage documentaire Escuros, Roncos et Compasados (2012). Après avoir préparé en 2012 une étude sur la nouvelle vague du cinéma tchécoslovaque pour son Master en Communication et Industries Créatives, sa vocation de chercheur et sa passion pour les cultures d'Europe centrale l'ont amené à s'installer à Prague entre 2015 et 2016 pour s'imprégner de la réalité locale. De là, mêlé à son intérêt personnel pour le surréalisme, naît la présente étude.

Articles vedettes

Le sort des perdants Il y a des films qui survolent le thème du perdant, des êtres qui sont...

L'heure des héros Le cinéma espagnol a aussi un prestige quand il affronte, à travers le...

Les mille visages d'Orson Welles dans Quichotte-Welles de Sánchez Vidal Beaucoup pensent que l'œuvre de...