esenfrpt

Un film considéré parmi les meilleurs du cinéma mexicain ; dans laquelle est explorée la plus grande des traditions mexicaines, le culte de la mort et son interaction avec les êtres humains.
Macario est un pauvre homme qui ramasse du bois de chauffage dans les montagnes et le vend au village pour faire vivre une famille nombreuse. Son plus grand rêve est de pouvoir manger une dinde tout seul sans la donner à sa famille. Par hasard, il accomplit sa mission et s'enfuit dans les montagnes pour manger seul, rencontrant divers personnages, qui lui demandent une bouchée ; mais c'est la mort qu'il invite à manger. La mort, pour remercier le geste, vous donne le pouvoir de prédire et d'empêcher quelqu'un de mourir. Ce pouvoir lui apporte richesse et renommée ; cependant, le point culminant du film est loin de ce à quoi le spectateur s'attend.
Réalisateur Roberto Gavaldon (La déesse agenouillée, 1947 ; Le coq d'or, 1964) choisissez une histoire qui représente bien le folklore mexicain et sa fascination pour la mort ; amenant le noir et blanc du film au portrait de la misère de la vie rurale mexicaine au milieu du XXe siècle. La photographie, les paysages et les lieux plongent le spectateur et en font les compagnons de ceux qui cherchent une minute de bonheur dans leur misère infinie. Les limites du noir et blanc ne font que rendre l'environnement plus sordide, l'intégrant à l'histoire, le voir en couleur réduit l'impact de l'histoire.
Le casting ne pourrait pas être mieux choisi, Ignacio López Tarso (L'ombre du caudillo, 1960 ; L'homme de papier, 1963) Avec le rôle principal, il amène Macario à un niveau qui attire le spectateur en raison de son aisance et de son naturel ; acteurs de la stature d'Enrique Rambal (Le martyr du Calvaire, 1952) ou Enrique Lucero (Canoa, 1976; Las poquianchis, 1976) qui donne la vie à la mort et lui donne un cachet caractéristique de sombre solennité, même dans certaines scènes qui se voudraient comiques.
L'histoire est une ode à la tradition presque fétichiste du Mexicain, avec la mort et les choses paranormales. Le film emmène le spectateur dans un voyage vers ce qui serait une rencontre avec ce à quoi nous arriverons tous un jour et que beaucoup craignent. Superbement porté et raconté, il n'y a pas de moment où vous vous sentez paresseux ou heurtez un nid-de-poule ; le film coule à un rythme, pas vertigineux, mais régulier et le point culminant est une bonne décision du réalisateur.
Le cinéma mexicain des années 50 se caractérise principalement par la valorisation de la vie rurale du pays et la démonstration de sa richesse en traditions ; cependant, il devient brut et morbide avec d'autres films qui n'enlèvent rien à sa valeur. Le changement radical dans les années 60 et 70 vers deux grandes tendances ; des cassettes purement commerciales, pour gagner de l'argent et divertir ou des films qui voulaient montrer le côté sordide d'un Mexique subjugué par une politique répressive qui ne montrait que le beau côté.
Macario vaut le détour, non seulement pour son contenu, mais pour sa valeur cinématographique et narrative qui montre que non seulement le cinéma avec de grands effets spéciaux vaut la peine d'être vu ; une histoire qui peut être dramatiquement racontée au niveau du sol.

Articles vedettes

Le sort des perdants Il y a des films qui survolent le thème du perdant, des êtres qui sont...

L'heure des héros Le cinéma espagnol a aussi un prestige quand il affronte, à travers le...

Les mille visages d'Orson Welles dans Quichotte-Welles de Sánchez Vidal Beaucoup pensent que l'œuvre de...