esenfrpt

Les privilèges de classe comme bouclier contre les intolérances de l'extérieur ont dans "Les héritiers",Le premier long métrage du paraguayen Marcelo Martinessi, un rôle fondamental pour protéger Chela et Chiquita, appartenant aux secteurs aisés de la société paraguayenne et qui ont vécu ensemble pendant plus de 30 ans une existence placide, aujourd'hui en déclin, comme la maison et la relation se. Les problèmes financiers du couple ont été atténués par Chiquita en vendant leurs biens. Ainsi, la vaisselle, la verrerie, la coutellerie, les meubles et les objets d'art ont trouvé leur place à l'intérieur des maisons plus prospères, ouvrant des espaces vides dans la maison et le cœur. Quelque chose qui pour Chela représente la perte de son identité, puisque dans chaque objet réside l'histoire familiale qui s'efface avec eux. Il n'est donc pas surprenant qu'elle veuille rejeter l'aide monétaire offerte par certains amis, car pour elle cela représente une trahison de ses aînés. « Pourquoi avons-nous vendu les peintures de mon grand-père. Pourquoi avons-nous vendu l'argenterie? Pourquoi avons-nous vendu mes lampes. Si même la voiture que mon père m'a donnée est à vendre », s'exclame-t-il, lorsqu'il se retrouve dans une situation de « vivre de la charité », souligne-t-il, criant après Chiquita et la traitant de menteuse, car la perte de son statut socio-économique a aussi sape sa foi en une autre relation, choisie lorsqu'ils ont décidé de vivre ensemble. Le film ne teste cependant pas le lesbianisme des personnages, le considérant plutôt comme un "fait accompli"sans questionnement, qui renvoie au sujet les clés des malaises et des intolérances. Des intransigeances émergent ici de l'environnement de la maison, une fois qu'elle a cessé d'être le lieu sûr pour s'afficher ouvertement, et par conséquent accentuent le caractère de caché et de caché attribué au corps féminin. En ce sens, la caméra aura tendance à montrer les protagonistes au premier plan ou plan moyen et dans la pénombre, laissant ouverte au spectateur la nature du désir dont l'énergie se déplace latéralement et à contre-jour. Ceci est observé, par exemple, dans la scène où Chiquita apporte le petit-déjeuner de Chela dans la pièce complètement sombre, ouvre les stores pour l'éclairer quelques secondes tout en tirant les rideaux et elle fait un geste pour déranger ce bref moment de luminosité. Alors que Chiquita s'apprête à aller à l'anniversaire d'une amie, Chela va s'allonger sans lui parler ni la regarder, laissant la voix de son partenaire guider le monologue où elle ne veut pas se sentir incluse. « Allez Chela, tu n'es pas sorti depuis si longtemps. Aller voir un karaoké. Marta et les cousins ​​qui sont déjà revenus de leur voyage seront là… D'accord, j'y vais… seul, pas plus », exprimera Chiquita, contrastant ici la volonté de vaincre l'un avec l'apathie dépressive de l'autre, en un jeu de forces où, paradoxalement, ce sera Chela qui sortira enfin renouvelée lorsque les circonstances la sortiront de cette torpeur. Lorsqu'une accusation de fraude arrive pour Chiquita à cause d'une dette qui l'oblige à payer une peine de prison, Chela va bouleverser sa perception de la relation, puisqu'elle se verra dans l'exigence de fonctionner seule et de quitter l'espace de confort constitué par un monde intouchable et intact. Dans son imaginaire, la ruine matérielle a aussi apporté avec elle une révélation de l'occulte, où la manière d'exister jusque-là n'aura plus de sens, même lorsqu'elle essaie d'abord de rester accrochée à l'ordre ancien, tout en jouant d'un piano complètement hors de propos. mélodie entourée d'objets à la vente aussi exposés qu'elle l'est, ou enferme la peinture dans son atelier. On y voit les réminiscences des femmes de sa classe, soumises à un patriarcat menaçant et enveloppant, inscrites dans le film par la ponctualité de leurs gestes, que ce soit avec le pinceau, en allumant le lecteur de cassettes ou en modifiant l'ordre de la tasse. et les verres sur le plateau que le nouvel employé lui apporte. Cela renforce sa position d'infériorité découlant de la domination d'un père sûrement autoritaire et possessif, qui la gardait surprotégée et isolée des réalités extérieures - « mon père m'appelait 'poupée' » - que Chiquita continuait à promouvoir en prenant le rôle de gardien de l'ordre intérieur et extérieur de votre partenaire. Une telle infériorité grandit dans les jours précédant l'emprisonnement, lorsque Chela continuera à échapper à des réalités dures de plus en plus proches, tandis que Chiquita organise son existence pour qu'elle puisse survivre en son absence comme avant. « Le Coréen sait déjà que la fille va apporter des choses, à l'exception de la viande. Il va rester à la boucherie mais il faut payer. L'argent est dans le petit tiroir », lui dit-il, alors qu'il s'apprête à entrer dans la prison. « Il va falloir acheter du déodorant pour cette fille », demande Chela, la première fois que la jeune employée et illettrée lui apporte le plateau sous l'œil vigilant de Chiquita, qui déplore sa réaction. La place de l'intransigeance de soi et des autres qui est associée à la façon de voir, produit d'un environnement fermé et conservateur, se manifeste dans la dureté du commentaire de Chela et dans la réaction plus compréhensive de son partenaire, beaucoup plus en phase avec les réalités. d'une société aux différences aussi abyssales que celle du Paraguay. Chose abordée par le film, contrastant le comportement des amis du couple avec celui des codétenus de Chiquita, dans un mouvement de traduction où l'intolérance sera du côté de la classe. « Dites-moi une chose, où ont-ils trouvé ce nouvel employé ? C'est une catastrophe. Je lui ai posé des questions sur Chiquita. Je ne réponds pas moi-même. Cela signifie qu'il ne parle même pas espagnol. Ce n'est pas comme Ñeca…. Tu lui as tout appris. C'était une brute quand elle est arrivée », explique une voisine que Chela joue pour la première fois au chauffeur de taxi, sans même se rendre compte que ce sera sa façon de gagner sa vie pendant que Chiquita sera incarcérée. Ici, le naturel avec lequel le voisin rejette le service est associé aux privilèges des groupes de pouvoir, principalement d'origine européenne, dans un pays à prédominance indigène avec sa propre langue largement répandue dans la vie quotidienne paraguayenne. Le plan moyen de Chela dans la maison où il a emmené sa voisine, assise entre deux bustes de quelques ancêtres, où elle est représentée dans une attitude aussi hiératique que celle des sculptures elles-mêmes en suivant du regard Angy, une autre jeune femme, présente l'émergence d'un désir germant entre les symboles du pouvoir de la classe dirigeante, capable d'exposer deux formes d'intolérance : sociale et sexuelle, de manière institutionnalisée. Cela permet au cinéaste de créer un parallélisme fluide entre les deux dans des espaces indistinctement privilégiés et marginalisés, mettant ainsi l'accent sur les causes du fossé profond qui divise les gens et qui est temporairement épargné ici avec la disgrâce des protagonistes. En fait, un racconto les trouvera parmi les voix, les cris et les bruits d'une prison pendant les heures de visite, Chela informant son partenaire qu'elle transporte des amis pour obtenir de l'argent. « Vous ne devriez pas conduire. Vous n'avez aucune inscription », a répondu Chiquita, approuvant la dépendance de Chela à son égard jusque-là. Le retour à la scène précédente va commencer à changer ses perspectives lorsqu'Angy lui propose de l'emmener dans sa voiture à un rendez-vous où elle va rompre avec son petit-ami, commençant là l'échange de confidences et le début de son indépendance. En ce sens, le prochain retour en prison la montrera beaucoup plus sûre d'elle et en pleine possession d'une féminité qui masque des comportements considérés comme exclusifs de l'autre sexe, mais qui dénote une autre rupture, celle des chaînes qui la tenaient jusque-là. dessins du père et de Chela. Cette transformation interne s'observera aussi dans l'intimité de la maison lorsque l'on arrête d'espionner derrière une porte, pendant que l'employée négocie la vente de ses affaires, pour être celle qui prend en toute sécurité les rênes des transactions. De même, sa sexualité va subir un renouveau avec l'impulsion d'appeler Angy et de lui proposer de lui faire le transport qu'elle avait précédemment demandé. Cela donnera lieu à un approfondissement des confidences et à une approche progressive entre les deux, capable de produire chez Chela une conversion physique et mentale intégrale, la préparant à cette nouvelle illusion. L'utilisation de vêtements plus informels et dans un certain sens masculins, fera progressivement craquer le masque d'une féminité savante, libérant les autres impulsions que trois décennies de relation avec Chiquita n'avaient pas atteintes et qu'Angy nourrit à travers des propositions, des invitations et de l'affection ; même lorsque l'émergence d'intolérances est également entrevu chez ses amis. "Je crois honnêtement qu'elle ne sera jamais chauffeur, elle ne va jamais s'abaisser à quelque chose comme ça", commentent-ils devant Chela d'un compagnon d'enfance en manque de travail, exposant les plis du classisme. Les ruptures temporaires entre le monde extérieur et l'espace clos de la prison, avec leurs drames et leur intransigeance respectifs, donnent au film une agilité, laissant aux cibles de la diégèse les solutions aux conflits internes et externes, qui ne resteront esquissées qu'à travers des personnages créés. avec une grande économie d'émotions. En effet, les deux femmes connaîtront des déboires sans excès ni hystérie, affichant un stoïcisme, hérité dans le social et appris dans le sexuel, qui les amène à vivre leur filiation et leur lesbianisme avec un naturel étranger aux étalages libres. Donc doublement héritières d'un savoir vivre, même dans des situations considérées comme extrêmes au sein de leur entourage, les élevant au-dessus des misères et des intolérances des protagonistes restants et de la société paraguayenne en général, comme l'a reconnu l'actrice qui a joué Angy : « L'histoire de « Las Herederas » a suscité un débat dans un pays super macho comme le Paraguay composé d'une société qui veut rendre les femmes invisibles, « dès l'âge ». C'est une entreprise qui essaie de convaincre que nous avons une date d'expiration. Alors imaginez une histoire universelle racontée par un couple de lesbiennes ! Malheureusement, dans mon pays, il n'y a pas de loi contre les formes de discrimination, basée sur quelque chose d'élémentaire comme les droits de l'homme, et beaucoup de gens ont pris le film comme un chant de liberté. De la "poupée" du père à la femme déterminée - "ose", récite Angy dans un de ses poèmes - propriétaire de sa sexualité et de sa place dans la vie de ceux qu'elle aime, il y a eu un long apprentissage pour Chela, bien que l'envie de réapprendre à verbaliser besoins et émotions s'accélère au fur et à mesure que son amitié avec Angy se resserre. Entre les déplacements dans la ville avec elle, son voisin et ses amis, la protagoniste va acquérir son propre moi, se matérialisant au rythme de la dématérialisation des biens hérités, qu'il s'agisse d'objets ou de figures de tutelle. Cela lui permet de prendre de la distance par rapport à son monde antérieur et de lâcher ses possessions matérielles même avec une certaine indifférence ; tandis que le père et Chiquita sont oblitérés par la présence intense d'une femme libre et sans préjugés, qui s'approprie non seulement le surnom que le père a donné à Chela, mais aussi la place que l'amant avait dans son imaginaire. En articulant les causes du refoulement de ses instincts, Chela s'efforcera de les libérer afin d'atteindre la pleine satisfaction de son désir, se permettant d'entrer dans le monde suggestif qu'Angy déploie à partir de sa propre biographie. « Claudia a été appelée. Je me souviens de la première fois que je l'ai vu dans la rivière. J'ai d'abord reconnu Rafa, puis je l'ai reconnue…. Je suis entré dans la rivière et j'ai marché jusqu'au bateau. Elle m'a aidé à me relever. Et c'était la première fois que nous étions tous les trois ensemble. Je leur dois à tous les deux tout ce que je sais de mon corps », confiait-il entre deux gorgées de vin et de fumée de cigarette un soir chez lui, entamant une éducation sentimentale, qui, comme celle de Gustave Flaubert, cherchera à emmener Chela dans le monde pleinement adulte et déconstruire les peurs, les insatisfactions et l'intransigeance résultant de la retenue résultant de leur formation et de leur classe. La cinématographie mettra l'accent sur le plaisir de l'intimité et la profondeur de la rencontre, soulignant à peine les gestes et laissant place à la main tenant une cigarette, le contour d'une silhouette vue à travers la porte entrouverte ou l'aperçu d'une jambe nue sur le canapé ce que vous énoncez et verbalisez ; Bien que le protagoniste faiblira devant l'honnêteté sans entrave d'Angy, s'échappant dans le familier et le connu lorsqu'elle la verra offerte devant elle. "Poupée ! C'était ce que tu voulais, n'est-ce pas ?", questionnera-t-elle, avant de s'effacer dans la nuit. La désolation vécue par une rencontre aussi tronquée conduira Chela à presque tâtonner à travers les pièces à sa recherche et à errer au petit matin d'Asunción, jusqu'à ce qu'elle s'installe à une table solitaire le long d'une rue quelconque pour retourner à son absence. Face à cette impuissance, les lieux connus y manqueront d'espace, l'inclinant davantage vers l'étrange et l'extraterrestre, comme un moyen de se débarrasser du poids mort dans lequel est devenue son existence antérieure. Et c'est que la perte abyssale finira par désintégrer ce qui restait de maison et de sécurité, décidant de se débarrasser de ce reste. C'est pourquoi le retour inattendu de Chiquita, ayant pu sortir de prison plus tôt, laissera Chela à la dérive et sans mots pour exprimer son orphelinat. Lorsque Chiquita reprend le sens de son quotidien - elle veut vendre la voiture que son père lui a donnée sans même la consulter - Chela finit par couper les ponts pour la retenir dans l'espace de tant de délabrement et de tant d'usure. La séquence finale avec elle seule devant le vent et une autre nuit blanche pendant que Chiquita dort paisiblement, et a déjà quitté la maison avec seulement la voiture et les illusions renouvelées, avant la possibilité de revoir Angy, tandis que son partenaire reste immobile Dans le garage vide, il ferme le livre de ce qu'a été son récit jusque-là, le laissant comme une page blanche attendant d'être intervenue.

Articles vedettes

Le sort des perdants Il y a des films qui survolent le thème du perdant, des êtres qui sont...

L'heure des héros Le cinéma espagnol a aussi un prestige quand il affronte, à travers le...

Les mille visages d'Orson Welles dans Quichotte-Welles de Sánchez Vidal Beaucoup pensent que l'œuvre de...